Tout l'immobilier à Mérignac, Le Taillan-Médoc, le Bouscat et Pessac avec Axel Immobilier
18 Oct

Mérignac : le prix de vente des maisons anciennes en légère baisse sur un an

Selon la toute dernière note de conjoncture immobilière des Notaires de France publiée le 9 octobre dernier, les prix des logements anciens ont augmenté de 0,2% au second trimestre 2013  par rapport au 1er trimestre 2013. S’ils sont restés en légère baisse pour les appartements (-0,2%), les prix des maisons ont augmenté de 0,5% pour la France métropolitaine (-0,3% en l’Île-de-France et +0,7% pour la Province). Quant à la tendance sur un an, elle demeure à la baisse sur l’ensemble du pays avec un recul de -1,2% pour les appartements et de -1% pour les maisons.

Selon la Fédération des Promoteurs immobiliers (FPI), « au premier semestre 2013, le niveau des ventes au détail est légèrement supérieur à celui du 1er semestre 2012 (+1 172 ventes soit +4,1%), mais reste encore très faible par rapport aux années antérieures.

À Mérignac, le prix des maisons anciennes est en légère baisse de 1,4% depuis un an et se négocie à 260 000 euros. Le prix de vente médian des appartements anciens ressort à 2 200 euros le mètre carré au deuxième trimestre 2013, en hausse pour sa part de 3,06% sur un an. Quant au prix moyen de vente des appartements neufs dans la région Aquitaine, il s’inscrit à 3 516 euros, et demeure parfaitement stable sur un an.

Si l’on considère l’évolution des prix médians des maisons dans les départements de province entre les deuxièmes trimestres de 2012 et de 2013, les hausses et les baisses s’équilibrent. A titre d’exemple, côté hausse, l’Hérault(+11,7%) et la Meurthe-et-Moselle (+7%) ; côté baisse, le Nord (-4,5%), le Calvados (-5,7%) et le Gard (-6,7%). Sur la même période, s’agissant des appartements, parmi les 15 villes de province où plus de 200 transactions ont été enregistrées, seules Montpellier, Strasbourg et Lyon affichent des prix en hausse, de l’ordre de 5%. Dans les autres villes, les prix sont en baisse comme à Saint-Étienne (-8,8%), Grenoble (-6,4%) et Nice (-6%). “Pour ce qui est des maisons, parmi les 12 agglomérations de province comptant plus de 200 ventes, deux seulement enregistrent des prix en hausse : Douai-Lens (+1,9%) et Béthune (+8,3%)” indique le rapport des notaires.

Quant aux perspectives : la santé du marché immobilier est tributaire des taux d’intérêt. Allons-nous vers une remontée de ces taux ? La décision de la réserve fédérale américaine de maintenir une politique monétaire accommodante incite à répondre par la négative, et ce au moins pour un an.

L.B-BazikPress © Metropolitan –GNUFreeDocumentationLicense

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée