Tout l'immobilier à Mérignac, Le Taillan-Médoc, le Bouscat et Pessac avec Axel Immobilier
30 mai

Avec la hausse des frais de notaire, une boutique à Mérignac pourrait vous coûter plus cher !

AdobeStock_10828147

Vous vous apprêtez à acheter une boutique à Mérignac ? Le savez-vous ? En 2019, les frais d’acquisition, que l’on appelle aussi habituellement les frais de notaire pourraient augmenter. Et ce, parce que la part des taxes, que tout acheteur d’un bien immobilier règle chez le notaire, qui revient au département passera peut-être de 4,5% à 4,7%. C’est ce qu’a proposé Édouard Philippe devant l’Assemblée des Départements de France (ADF). Il avait sûrement oublié que le Président Emmanuel Macron s’était engagé à ne pas augmenter les impôts.

Si pour l’instant, ce dernier n’a pas fait entendre sa voix, Bercy est immédiatement monté au créneau et a fait savoir que l’idée n’avait aucun sens et que cette proposition, si elle était mise en place, serait un frein à la mobilité des salariés. De fait, la modulation de ce taux n’est pas neutre sur le comportement immobilier des Français. La baisse de l’impôt entraîne la hausse de la production de logements et donc de la création d’emplois et de recettes pour les entreprises et pour l’Etat. Elle aide aussi à fluidifier les transactions. Par contre coup, le marché du travail s’assouplit, dans la mesure où une moindre imposition des ménages lors d’un changement de logement incite les personnes à être plus mobiles. Alors qu’à l’inverse, le surcoût des « frais de notaires » les bloque dans leur emploi et dans leur région.
De toute façon, ne nous leurrons pas, la hausse des frais de notaire ne devrait pas faire de bien au marché immobilier… « Couplée à la hausse des prix dans les zones tendues et à une éventuelle remontée des taux en 2019, cette hausse, si elle est effective, pourrait avoir un réel impact sur le pouvoir d’achat des futurs acheteurs… », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer.

Évidemment, l’Assemblée des Départements de France (ADF) s’est réjouie dans un communiqué: «Les départements ont accueilli avec intérêt l’offre d’un déplafonnement des droits de mutation à titre onéreux (DMTO) qui permettrait de dégager de nouvelles recettes et d’abonder les ressources des départements les plus démunis.»

C.V. / Bazikpress © Adobe Stock

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée